Ce sont des molécules présentes dans notre environnement (air, médicaments, cosmétiques, produits phytosanitaires,…) mais aussi et surtout dans notre alimentation et notre eau. On les regroupe sous le terme de PEE : polluants endocriniens environnementaux.

Morbi vitae purus dictum, ultrices tellus in, gravida lectus.

Les perturbateurs endocriniens… C’est quoi ?

Ces molécules présentes dans notre environnement pénètrent dans l’organisme et perturbent gravement les fonctions associées et contrôlées par le système hormonal endocrinien avec toutes les conséquences pour la santé et le développement humain.

Depuis 150 ans, la chimie organique a mis notre monde dans une situation où les responsabilités et les conséquences sont souvent mal évaluées. L’activité du secteur industriel est une véritable bombe à retardement. 50 000 molécules ont été synthétisées, dont 30 000 à l’heure actuelle sont utilisées dans les pays industrialisés et les pays en voie de développement.

L’impact de ces molécules sur la santé humaine a notamment été étudié pour ce qui concerne l’induction des cancers par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) basé à Lyon. D’après leurs études : seulement 2800 molécules sur les 30 000 sont utilisés, dont 360 se révèlent comme ayant une forte probabilité d’être cancérigène.

L’ensemble de ces molécules toxiques issues de la filière industrielle chimie, chimie organique, sont regroupées sous le nom de POPs (Polluants : Produits Organiques Permanants) dont les plus cancérigène, les PEEs… Ce sont des résidus du développement de cette filière industrielle et de la mise de ces molécules sur le marché. Nous devons prendre conscience qu’une partie des 30 000 molécules organiques se retrouvent aujourd’hui dans notre environnement à des degrés divers et ce, de façon permanente. N’oublions pas que leur durée de vie est estimée à bien plus de 300 ans (notamment les pesticides).

Autre point : Nous stockons ces « perturbateurs endocriniens » dans nos tissus adipeux (graisse). Ils ont un impact sur la reproduction, sur des pathologies uro-génitales, sur le développement comportemental, sur l’obésité mais ils ne font malheureusement que trop peu l’objet d’une étude sur ces sujets. Les études gérées par le CIRC ne portent que sur le cancer.
Tout être vivant, est en développement constant dès lors de sa conception, sa mise au monde et sa vie ultérieure (enfance, adolescence, maturité…). La mise en contact ou l’exposition involontaire de ces cellules perturbatrices va avoir des conséquences irréversibles sur les organes qui constituent l’être vivant.

Existe-t-il un moyen de débarrasser notre corps de ces perturbateurs endocriniens ?

Les perturbateurs endocriniens stockés dans les graisses, le sont de façon presque définitive. On ne peut presque jamais les éliminer même avec un régime drastique car les perturbateurs endocriniens vont se concentrer dans les tissus graisseux résiduels. Il y a deux façons d’évacuer ces molécules. Une radicale : la liposuccion, et une autre, plus physiologique, avec l’allaitement. Il faut savoir que tous les pesticides qui sont stockés dans les tissus graisseux du sein de la mère sont transmis à l’enfant lors de l’allaitement. L’enfant commence ainsi son stockage dès son plus jeune âge.

Il est arrivé de retrouver des sources de molécules interdite depuis 1970 chez des enfants de 3 à 4 ans en 2012. N’oublions pas que certaines zones sont extrêmement polluées !

Nous avons vu que les perturbateurs endocriniens sont de bons promoteurs de cancers. Mais ce n’est pas tout : ils ont un impact sur le développement cérébral des enfants, sur les troubles du comportement, de la mémoire et les accélérateurs de dégénérescence cérébrales. Dans les régions où les taux de pesticides sont les plus élevés, des études montrent que les maladies d’Alzheimer et les démences séniles sont très élevées et supérieures à la moyenne nationale, ainsi que l’incidence sur certains cancers.

Un aperçu des 4 sources principales de perturbateurs endocriniens :

  • Les pesticides et les engrais
  • Les plastiques
  • Les médicaments
  • Les phyto-œstrogènes (présente naturellement dans les végétaux donc dans notre alimentation)

Les pesticides et engrais :

Cette source provient de l’introduction de molécules permettant une agriculture à haut rendement. Ce sont des molécules issues du recyclage des gaz de combats et explosifs de la première guerre mondiale et de la première génération d’insecticide développés pour protéger les armées lors de la seconde guerre mondiale.

Les plastiques :

Utilisé un peu partout dans notre quotidien : conditionnement alimentaire, film alimentaire, boite plastique, tétine de bébé, plat pour le four, bouteilles etc.

Le problème des plastiques est qu’ils libèrent des molécules très toxiques par changement de température. Ainsi le fait de les faire chauffer, refroidir, les mettre au lave-vaisselle, au frigo etc. entrainement la libération de ces molécules dans les aliments que nous mangeons.

A chaque fois que vous les faites chauffer, vous libérez des perturbateurs endocriniens. Tous ces plastiques sont rempli de bisphénol A (le bisphénol A qui a fait scandale dans les tétines de bébés et qui a entrainer de gros soucis de santé et même parfois la mort de certains)

Bisphénol A : un perturbateur endocrinien présent dans les plastiques alimentaires (bouteilles d’eau, boîtes de conserves, canettes, biberons, etc) ou non alimentaires (DVD, verres de lunettes, prises et interrupteurs électriques, papiers thermiques, etc). Il interfère avec le système hormonal. Les autres dangers : cancer du sein, cancer de la prostate, diabète de type 2 et obésité, atteinte de la reproduction, problèmes neuro-comportementaux, maladies cardio-vasculaires etc…

Les médicaments :

Un grande partie des médicaments ingéré sera rejeté dans les excréments, les urines et partira directement dans les égouts. Malheureusement les petites particules rejetées par le corps ne peuvent pas être filtré dans les stations d’épuration et elles vont directement dans les rivières, mers et sous-sols polluant ainsi la faune aquatique qui polluera ensuite les poissons que nous mangeons et l’eau que nous buvons.

Les Phyto-œstrogènes :

Ce sont des molécules existantes dans la nature dans certains végétaux, alors que pour les pesticides, les plastiques et les médicaments, ces molécules n’existent pas dans la nature. Elles ont été créées par l’homme par la chimie. Les Phyto-œstrogènes sont présente de façon très importante dans certains végétaux. Prenons un exemple : le soja. Les Phyto-œstrogènes présente dans le soja vont au contraire vous protéger contre certains cancer (Attention tout de même aux sources de soja ingérés, car la plupart sont des OGM), on constatera que dans la culture japonaise traditionnel, les cancers sont beaucoup moins répandu au sein de la population malgré leurs forte consommation de Phyto-œstrogènes.

Conséquences :

Chez les jeunes et enfants :

  • Augmentation du comportement agressif durant l’enfance et l’adolescence (très amplifié chez les filles).
  • Hyperactivité.
  • Augmentation de l’obésité.
  • Certains troubles du comportement.

La population en générale :

  • Augmentation de l’obésité due à la façon dont notre corps va contrôler des voies métaboliques des glucides dans les cellules humaines.
  • Augmentation des risques de cancers.
  • Transmission de génération en génération.
  • Diminue la fertilité.
  • Diabète de type 2.
  • Maladies cardio-vasculaires.
  • Perturbation de l’activité hormonale.
  • Certains troubles du comportement (agressif, dépressif etc.).

Notes importantes & conseils :

  • Une alimentation saine et adéquate peut prévenir 1 cancer sur 3 et ralentir 1 cancer sur 2. Aucun médicament ne fera mieux que cela.
  • N’utilisez plus de plastique pour stocker, chauffer ou contenir des aliments, privilégier les plats en verre malgré qu’ils soient plus lourd, ils seront moins toxique pour votre santé
  • Buvez dans des bouteilles en verre, et évitez les canettes, Gobelets, bouteilles d’eau plastique etc.
  • Dans le meilleurs des cas : Éloignez-vous des champs de pesticides et des villes trop polluées

Auteur : Sandrine Orépuk

Guide

Télécharger un extrait de notre guide « Les bases de la perte de poids »

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies dans ce dernier soient utilisées, exploitées, traitées pour permettre de me recontacter dans le cadre de la relation commerciale qui découle de cette demande. #RGPD

Inscrivez-vous à nos astuces pertes de poids

Découvrez nos conseils pour votre perte de poids / sèche ainsi que des astuces, recettes pour atteindre vos objectifs

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies dans ce dernier soient utilisées, exploitées, traitées pour permettre de me recontacter dans le cadre de la relation commerciale qui découle de cette demande. Vous pouvez vous désinscrire quand vous le souhaitez. #RGPD

Vous pouvez vous désinscrire quand vous le souhaitez.